KINOLILLE, venez faire votre cinéma !

J’suis enfoncé dans le siège de la salle de projection et j’la joue discret. Une ambiance de salle de classe. Tout ce petit monde est légèrement dissipé, mais baigne dans une euphorie et une joie palpables. Très peu savent ce qu’ils vont vivre.
Sur la scène, devant la toile blanche, les participants défilent un à un. Emportés par le maître de cérémonie, ils prennent tour à tour le micro et se présentent succinctement, histoire de taper dans l’œil des autres. Premier contact avec les inconnus. Ce qui les rassemblent à cet instant, c’est le stress et les fous rires qui commencent à créer le groupe. « Enis Miliaro, 43 ans, réal, j’fais des tableaux de vie ». Son petit frère, « Ran, 40 ans, même combat ». « Cathy, 22 ans, actrice, j’aime les grimaces, et chialer ». « Steeve, 34 ans, étalonneur ». « Kim, 24 ans, j’peux aider au son, à l’image, faire l’acteur, ou porter le matos ».
Ils sont 62 en tout. Maquilleuse, costumière, preneur de son et tout le toutim. Personne ne se connaît, et chacun sait qu’il sera amené à collaborer avec d’autres pour que les courts-métrages de moins de 5 min attendus pour la projection finale puissent exister. Nicolas Leclerc, créateur du festival, a un mot pour chacun, une blague pour les détendre, on se rassure, on n’est pas là pour se prendre la tête, on n’est pas à Cannes, le cinéma n’est pas une parade de décolletés et de faux sourires, il se vit, et est le prétexte à de réelles rencontres.
Y a un côté punk dans la démarche, on sort du kaléidoscope des clichés glam qui d’ordinaire accompagnent les festivals de ciné, et on ne se réfère à aucune institution. Ici, le concept est simple : tu connais personne, t’as un savoir-faire, un talent, ou juste de l’envie, et tu veux participer à l’aventure de l’écriture, de la réalisation, et de la projection d’un court-métrage, le tout en moins de 48h. Freestyle. Y a pas de thèmes, rien d’imposé, juste ne pas oublier l’unique règle : liberté de création.
Le concept vient de Montréal, et voyage à travers le monde harnaché de son slogan : « Faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant. ». Ouais, voilà l’ambiance. On sort de la prétention, des strass et des paillettes, on vit et fait vivre le cinéma pour ce qu’il est : une expérience humaine de partage, avec pour seul objectif de Faire. Tout le monde sera applaudi.
À vos agendas : la deuxième édition arrive, toujours rue Danton à Lille, toujours au cinéma l’Univers, les 4, 5 et 6 octobre 2019. Comme l’an dernier, on peut s’attendre à des rires, de la simplicité, et à l’apparition de pépites nées de l’impro, des tripes, de l’envie et des rencontres sur le tas. Les inscriptions se font, comme l’an dernier, via la page Facebook KinoLille.
J’serai là, sûr, enfoncé dans le siège de la salle de projection, mais j’la jouerai peut-être un peu moins discret, j’me laisserai emporter par l’ambiance bon enfant, en me disant que j’aurais peut-être, moi aussi, une pierre à apporter à l’édifice. Liberté de création. Ça m’plaît.

SCOLTI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s