Naïade

J’ai imaginé le ruissellement sur cette poitrine fière et élégante, ces cheveux trempés qu’elle tirait vers l’arrière en souriant légèrement, et l’eau qui jaillissait des pointes comme un fruit qu’on aurait serré fort dans la main, pour aller nourrir une cambrure cachée par les remous discret d’un bassin d’eau de source. La naïade accueillait la pluie tropicale sans moufter, et donnait à mon sang une couleur de joie. Le souffle de cette pluie était une caresse, un roucoulement subtil, et berçait d’une note unique le spectacle enivrant. 

Mais j’ai vu les rafales, les miroirs de béton, le zombie sous crack qui croquait un pigeon mort et le craquement des os, et les fleurs impassibles qui attendaient demain, contentes de se murger aux larmes du ciel.

SCOLTI, 11 Avril 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s