Biafine aux Salines, 12 avril 2019

En vacances, on n’a pas le temps de prendre des habitudes, et c’est ce qui manque au tableau finalement. Le côté éphémère trimballe son ombre de poésie mais on perd le bonjour complice et l’au revoir sincère. On traverse les espaces comme des comètes sans prendre le temps de se connaitre. On se gorge de soleil puis on réfléchit à prendre des actions chez Biafine.

J’ai une dégaine de gambas en rentrant des Salines, non content de m’être laissé bercer par les vagues et les souvenirs enfouis des flibustiers, et Suzette, qui m’a servi son poulet boukané arrosé de sauce chien, ne se souviendra pas de moi.

SCOLTI, 12 avril 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s